Bao Blog

Accueil > Idées, découvertes > LAWLESS : une critique pour une goutte d’alcool

LAWLESS : une critique pour une goutte d’alcool

mardi 11 septembre 2012, par Bao

Pour commencer, une réflexion personnelle. Il faudrait faire une étude sur tous ces films "basés sur une histoire vraie". Voire créer un label. Lawless fait partie de cette catégorie de films qui se facilitent l’écriture de scénario en puisant dans les faits-divers, mais pour lesquels on ne sait plus vraiment, finalement, ce qui reste de réel. Il s’agit ici d’un fait divers datant de 1930, relaté dans un livre, "Pour quelques gouttes d’alcool", par Matt Bondurant, petit-fils du plus jeune frère, à partir de l’histoire racontée au sein de sa famille.
Sous la prohibition américaine, les frères Bondurant distillent leur alcool de contrebande dans la forêt, comme bon nombre de leurs concitoyens du coin. 3 frères bien différents : les deux plus âgés se sont forgés une légende sur leur prétendue indestructibilité, et le plus jeune, frêle amoureux en quête de reconnaissance, orientera l’illégale activité vers de plus lucratifs horizons. A cette époque, c’est une industrie qui fonctionne bien, si l’on sait se défendre contre les coups bas et qu’on sait qui corrompre. Mais le nouveau représentant de l’Autorité marque vite les esprits avec ses méthodes en dessous de la ceinture, et bouleverse l’équilibre de la province. La vie est violente en ces temps là.

Après une mise en place un peu longuette, les protagonistes se lancent donc dans une guerre d’une rare violence contre cet homme qui bénéficie du monopole de la violence d’État, violence mise en scène de façon très, très brute. Et ce malgré le malheureux spectateur, qui n’en avait pas forcément demandé autant. Comme si toute cette brutalité et cette hémoglobine servaient à cacher quelque chose. Un scénario un peu court peut-être. Des personnages un peu bâclés.

Tout ça pour finir en "Petite Maison dans la Prairie". Un peu comme la fin de la prohibition, en somme : tout ça pour ça.

Merci à Benoît pour sa présence à l’avant-première

Messages