Bao Blog


à propos...

Liens

Dans un mois, j’aurai 29 ans

Publié dans la catégorie Cogitations

29. Ca me fait flipper un peu, ça veut dire que 30 n’est pas loin. Mais au fond, je les assume pas si mal mes 29 ans, je veux dire que ça aurait pu être bien pire ! Je pourrais être malheureuse dans mon boulot/en amour, fatiguée par la vie/l’alcool/les soirées (rayer les mentions inutiles), et en fait je suis plutôt contente de là où j’en suis. Deux petites filles que j’aime (pas tous les jours facile, comme tous les parents), un homme fabuleux, des amis supers ; non je ne me plains pas.

Comme chaque année, j’ai évidement des idées de cadeaux, des trucs dont j’aurais besoin, des envies quoi. Cette année, j’estime que je n’ai besoin de rien de matériel, que la maison est bien assez remplie comme ça.
Ce dont j’ai vraiment envie c’est d’une place pour aller voir Mother Fucker, le spectacle de Florence Foresti ! Cette femme me fait mourir de rire et la voir en live me ferait vraiment marrer.

Et comme je ne me vois pas y aller seule, je me disais qu’on pourrait peut-être y aller entre mamans/copines par exemple (parait que ça nous concerne).
Qu’en dites vous ? D’ici là, je tente subtilement de passer le message à mon homme pour qu’il me dégote une place.

Alors si vous êtes partantes, dîtes moi quel jour vous y allez et on s’organise ça ;-)

29 septembre 2010 | 10 commentaires | Permaliens


Cuisiner, ça s’apprend

Publié dans la catégorie Actualités

En ce moment, j’ai un peu plus de temps et j’en profite pour cuisiner... enfin j’essaie, car ce n’est pas toujours un succès.

Les scones à la banane, je maîtrise et les camarades de ma grande ont apprécié d’en avoir au goûter. Je commence à pas mal me débrouiller pour le chocolat à l’espagnol, bien épais mais un peu lourd ; il faudrait que je trouve un moyen de le rendre un peu plus mousseux. J’ai tenté une recette de biscuits, trouvé dans Cuisiner pour les petits mais c’était un peu gras.
En revanche, les recettes type galettes de légumes, de pommes de terre, avec des œufs, des oignons ou autre, c’est un vrai succès ! D’ailleurs, ça va devenir un standard à la maison, car c’est très facile à préparer, facile à faire manger à ma grande puce et inratable.

Cette semaine, j’aimerais tester quelques recettes de mon livre Weight Watchers, comme le poulet au curry, avec du lait de coco. La charlotte au chocolat avec du pain d’épice en guise de boudoirs, me fait de l’œil aussi, mais elle va coûter cher à mon régime...
Je me documente sur le web, j’apprends et je trouve de chouettes petits livres pour avoir des idées. Les pâtes à tartiner de Cathy ont l’air tellement appétissantes que je n’en ferais qu’une bouchée ! Du coup, je vais éviter pour le moment.

La semaine dernière, j’ai été chercher mon premier panier de légumes à la gare et j’ai été agréablement surprise. De très bons produits, des tomates à tomber par terre, des framboises, des fraises, toutes succulentes. Les paniers sont à 10€ et 16€, c’est une véritable aubaine d’avoir ça, vendu directement par le producteur, à portée de train.
Tout cela m’encourage à apprendre à cuisiner facilement les légumes de saison, en sortant un peu de mes traditionnelles soupes d’hiver.

Les artichauts et les citrouilles n’ont qu’à bien se tenir !

28 septembre 2010 | 2 commentaires | Permaliens


Sortez vos petits mouchoirs

Publié dans la catégorie Idées, découvertes

La semaine dernière, j’ai été voir Les Petits Mouchoirs, le dernier film de Guillaume Canet.
Pour tout vous dire, j’ai eu du mal à digérer ce film qui m’a beaucoup remué. D’abord parce que j’aime particulièrement ces acteurs et parce que c’est un film de potes, qui a une résonance dans ma vie et pose de vraies questions.

C’est un film qui retrace les vacances d’une bande de potes. Rien de transcendant là dedans, si ce n’est que, comme dans toute bande de potes, y’a des petits mensonges et des secrets qui rendent l’ambiance très tendue par moments.
Chacun de nous joue un rôle dans sa propre vie en ayant en tête la façon dont nos amis évoluent et cela nous conditionne forcément. On se dit qu’on ne veut pas ressembler à untel, qu’on aimerait élever nos gosses comme ceux-là, nos amis sont le miroir de notre vie.
Du coup, parfois on se perd dans le regard des autres, on oublie d’être nous même. Ce film pointe exactement ces problématiques là.

A-t-on vraiment la vie que l’on voulait ? Est-ce que le rôle que l’on y joue est vraiment le notre, celui que l’on souhaitait avoir ?

Les acteurs sont extra, j’ai beaucoup aimé le personnage de Gilles Lelouche, éternel déconneur, qui n’arrive pas à se confier aux autres, alors qu’il traverse des moments difficiles. Il a une répartie hallucinante et certaines de ses répliques pourraient devenir cultes ! Le personnage de Véro, la femme de Max est aussi super drôle. Sous ses airs de femme un peu dans l’ombre de son mari, elle a un humour décapant et les pieds bien sur terre.
Tous les personnages sont top mais on sent des moments de gène intense entre eux, des gros "blancs", alors qu’ils semblent si bien se connaître.

Je ne vous raconterai pas les scènes cultes qui m’ont marqué car je vous en direz trop. Mais si vous aimez (un peu) les film de Guillaume Canet, sachez que celui ci est l’un des films où il a mis le plus de lui-même et de son histoire personnelle.

"C’est quoi être amis ? C’est laisser votre pote tout seul à l’hosto pendant 15 jours, parce que vos vacances et votre petit confort c’est plus important ?" (Jean-Louis)

Sortie le 20 octobre 2010.

27 septembre 2010 | 2 commentaires | Permaliens


Portage ou poussette, that is the question

Publié dans la catégorie Cogitations

Oui, j’ai de vrais problèmes de maman et j’aimerais bien avoir vos retours d’expériences...
Je vous expose ma situation :

Tous les matins, il faut emmener les filles à l’école (pour la grande) et chez la nounou (pour la petite).
Pour déposer tout le monde, il nous faut marcher 10 minutes jusqu’à la gare (la rue descend puis monte, bien raide pour atteindre le quai), faire 5 minutes de train, 5 minutes de bus (sans compter l’attente) et 10 minutes de marche. Après tout ça, nous arrivons donc à l’école. Un bisou, un câlin et me voilà repartie avec ma petite puce, pour aller chez la nounou, soit 15 minutes de marche.

Le trajet est le même le soir car je passe par l’école avant d’aller cher la nounou. Je me rends bien compte que ces trajets fatiguent ma grande le soir et du coup, je réfléchis à faire tout ça en poussette, surtout que l’on marche encore un bon quart d’heure pour rejoindre la gare, reprendre le train et rentrer chez nous.
Du coup, je réfléchis à sortir la poussette + planche à roulettes afin que l’une soit assise (petite puce) et l’autre debout sur la planche. Mais entre les montées/descentes du train, du bus, les escaliers de la gare le soir, je ne sais pas bien si cette solution sera viable.
L’autre idée serait de continuer à porter ma petite puce et de prendre la poussette canne (très legère) pour ma grande.

Voilà, je suis face à un dilemme. Il faut que j’optimise les trajets qui sont longs, en ménageant chacune, y compris moi (et mon dos). Du coup, si vous avez des avis, retours d’expériences, sur la façon dont vous vous déplacez avec vos petits loups, ça m’interesse de savoir un peu comment vous vous organisez.
Plutôt adepte de la poussette ? Quels sont vos avis sur le combiné poussette + planche à roulettes ? Adeptes du portage, jusqu’à quel âge ?

Merci d’avance ;)

24 septembre 2010 | 12 commentaires | Permaliens


Koh Lanta et moi

Publié dans la catégorie Actualités

La saison 2010 de Koh Lanta a démarré vendredi soir et je l’attendais de pied ferme. Cette émission est l’une des rares que j’aime suivre. J’aime voir ces humains, coincés sur une île, devoir survivre, s’organiser et gagner des épreuves sportives. Ca me rappelle un peu mes camps scouts où l’on devait se débrouiller, en pleine nature, fabriquer notre coin toilette, parfois notre tente surélevée, trouver du bois, se faire à manger, etc.

Tous les ans, je découvre avec plaisir les paysages dans lesquels évoluent les candidats, leurs caractères explosifs et j’entrevois déjà les conflits à venir. Ce qui est fou c’est que les schémas sont toujours un peu les mêmes d’années en années.

Il y a toujours le/la relou. Celui qui ne va s’entendre avec personne parce qu’il a une grande gueule, qui va l’ouvrir trop souvent. A Koh Lanta, il vaut mieux agir que parler (l’une des relou s’est d’ailleurs déjà faite éjectée du jeu, dès le premier épisode... tant mieux, elle m’était insupportable !)
Il y a toujours le candidat sportif, surentrainé, prêt à tout pour gagner et surtout à écraser les autres. Pas finot pour deux sous, il sera éliminé avant les poteaux.
Il y a la mère de famille/père de famille, qui garantira des instants mélo-dramatiques à la production, histoire d’accrocher encore un peu plus le téléspectateur.
Il y a l’hyper-actif qui passe son temps à chasser, pêcher, construire des cabanes, entretenir le feu, histoire de devenir indispensable aux yeux de son équipe, à défaut de gagner des épreuves sportives.

Cette année, je crois avoir entrevu ces personnalités dans les deux équipes, même si le format "guerre des sexes" est un peu surprenant. J’avais particulièrement apprécié Koh Lanta, le retour des héros, avec les anciens aventuriers contre des sportifs. On avait ainsi zappé toute la partie survie, ayant à faire à des habitués ; et c’en était pas plus mal. En plus, les épreuves sportives étaient carrément plus interessantes.

Rendez-vous tous les vendredis pour suivre ça sur tf-one.
Je parie sur les filles cette année !

23 septembre 2010 | 0 commentaires | Permaliens


Changement de saison

Publié dans la catégorie Cogitations

"Maman, est-ce qu’on peut mettre un tee-shirt à manches courtes ce matin ?"

"Est-ce qu’on peut mettre les sandales pour sortir ?"

"Quand est-ce qu’on met une robe pour aller à la piscine ?"

Ces questions reviennent sans cesse depuis quelques semaines, dans la bouche de ma grande puce. L’été semble avoir été un peu court pour elle et elle se plaint de ne plus pouvoir se balader en robe, sandales, tee-shirt à manches courtes.
Depuis la rentrée, les tricots-de-peau, cols roulés, polaires et collants ont fait leur grand retour ; et même si on ne les met pas tous les jours, je préfère faire attention car le matin, on a bien froid en allant à l’école.
Je la rassure en lui disant que l’été reviendra, dans un an mais que d’ici là, nous habitons dans une région où il fait plus souvent froid que chaud.

C’est bizarre, j’ai l’impression que ces dernières années, les hivers sont de plus en plus longs, ou alors je suis de plus en plus frileuse...

22 septembre 2010 | 2 commentaires | Permaliens


Viens prendre un pot chez Danette

Publié dans la catégorie Idées, découvertes

Voilà 40 ans que Danette régale les gourmands. Pour l’occasion, Danette ouvre un bar éphémère à deux pas du Louvres. Dans ce lieu, on retrouve toute l’histoire de Danette, sa création, les évolution de son packaging en fonction des envies des français et ses nombreux parfums (16 au total). Danette c’est un peu comme Renault, ça nous suit quand on grandit, c’est un truc inter-générationnel, que tout le monde aime et/ou connaît.

Dans ce lieu où les cuillères s’enroulent sur elles même, on trouve sur le bar un tas de petites choses pour compléter sa Danette : billes de chocolat, muesli, speculos, noix de coco, etc. On découvre de nouvelles saveurs et on re-invente sa propre Danette, c’est super régressif, j’adore.
Au fond, un chef nous accueille pour nous faire cuisiner l’une des 40 recettes publiées pour l’occasion dans le livre On se lève tous pour Danette. Jeudi, nous avons donc confectionné des madeleines fourrées à la Danette, du chocolat chaud, de la pâte à tartiner, un vrai régal pour ce petit déjeuner à haute teneur en chocolat !

Si vous passez dans le quartier du Louvres, rue de Rivoli, par là, n’hésitez pas à faire un détour par Chez Danette, 14 rue Jean-Jacques Rousseau, ouvert du 18 au 26 septembre, vous y serez très bien reçu.

21 septembre 2010 | 7 commentaires | Permaliens


C’est quoi une communauté ?

Publié dans la catégorie Cogitations

Suite à ma note sur le community management, j’ai vu que nous avions tous une vision différente de ce qu’est une communauté.
Disons plutôt qu’il y a plusieurs types de communautés, que l’on croise ou avec qui on travaille, quand on est community manager.
J’ai essayé d’en décrire certaines que j’ai croisé :

- La communauté à laquelle on appartient : celle dont je parlais justement dans ma note. Celle dans laquelle on est depuis longtemps, avec laquelle on évolue, qui s’agrandi sans cesse, une sorte de réseau perso/pro. A chaque community manager de l’entretenir comme il l’entend. Elle saura lui être fidèle.
On la sollicite pour le compte de clients, pour lui confronter des concepts ou des idées.
Dans le cas d’un blogueur, cette communauté peut également regrouper ses lecteurs, les gens qui le suivent sur Twitter, etc.

- La communauté autour d’un client. Elle était là avant le community manager, elle le sera après.
Constituée d’individus (consommateurs), blogueurs ou non, interessés par la marque, ses problématiques. Ils suivent la marque, son actualité, ont plaisir à échanger, à contribuer. Cette communauté doit cependant être choyée et enrichie régulièrement de nouveaux membres. Il faut faire vivre aux membres de nouvelles expériences, qu’ils soient au centre des innovations/nouveautés de la marque. La communauté ne s’attachera pas forcément à la personne qui l’anime. C’est le genre de communauté que l’on anima via Facebook, des barcamp ou autres rencontres.
Une communauté riche et passionnante où l’on sera sans cesse stimulé, challengé et qui promet un job vraiment sympa.

- La communauté type forum.
Constituée autour de problématiques et de centres d’intérêt communs. Le CM n’y est pas forcément le bienvenu dès le départ. Elle a sa propre hiérarchie, ses anciens (piliers), son fonctionnement, ses règles propres. Le CM doit s’y adapter, apprendre à la connaître et ne pas s’y imposer d’emblée. Quand il aura été accepté, il sera suivi, écouté et pourra communiquer au nom d’une marque par exemple. S’intégrer dans ce type de communauté prend beaucoup plus de temps et demande de la patience et de l’humilité. Adopter le bon vocabulaire, ne pas se prétendre expert sur un sujet mais s’intégrer aux discussions et rester ouvert.

- La communauté que l’on crée pour les besoins d’un client
Crée à l’occasion d’un événement, autour d’une problématique, autour d’une marque, elle n’est pas pour autant éphémère et il faut bien le faire comprendre aux clients. A partir du moment où l’on mobilise des individus, qu’on les regroupe, qu’on les anime, ils s’impliquent et donnent d’eux même. Il est donc important de rappeler au client que cette communauté est le démarrage d’une communication plus poussée, un réel engagement. Créer une communauté et la laisser ensuite à l’abandon par manque de temps ou de budget, est un non-sens. Il faut donc bien s’assurer auprès du client que celui-ci envisage une action à long terme et pas un one-shot.

Il n’est pas rare que les membres de certaines communautés se retrouvent dans d’autres, rien n’est fermé et tout ça évolue constamment. D’ailleurs, les exemples que je cite ne sont pas figés, parfois les choses sont différentes, selon les clients et leurs problématiques.

Voilà ma vision de ce qu’est une communauté.
Ce n’est certainement pas complet, je ne me prétend pas experte, donc si vous avez d’autres exemples, n’hésitez pas !

20 septembre 2010 | 0 commentaires | Permaliens


Le plaisir de pédaler

Publié dans la catégorie Actualités

Petit bilan après presque un mois sur l’entrainement Jiwok, retour de grossesse.
J’ai lutté au passage des phases difficiles, mais je m’accroche et c’est une vraie victoire d’aller au bout et de descendre du vélo, après avoir bien pédalé. Mes séances font maintenant 50 minutes à 1h et j’ai trouvé les réglages sur le vélo donc je ne perds plus de temps à tout remettre à ma taille à chaque fois.

Je m’accroche et j’y prends goût à suer comme un bœuf sur mon vélo, face à la baie vitrée. La musique de Jiwok me plaît et m’encourage beaucoup, surtout dans les phases plus difficiles. Je ne ressens pas particulièrement d’améliorations au niveau de mon endurance, ni de mes muscles des cuisses, pourtant quand je finis la séance, j’ai mal. A ce rythme, mon entrainement devrait se finir fin octobre et je vais essayer de démarrer autre chose après, peut-être de la course (endurance).

Sur de courtes distances et sur le tapis roulant de la salle, j’ai pu affiner ma posture et ma façon de courir avec les Fivefingers, ça n’a rien à voir !
On sent ses mollets, ses chevilles, on se sent léger, c’est dingue. Les foulées sont plus petites mais on est vraiment bien. J’ai hâte de m’y mettre pour de bon.

En parallèle de cette reprise progressive du sport, j’ai attaqué un régime. J’ai un peu faim mais je tiens et prends le temps de savourer, de déguster. Là aussi, je m’accroche car je sais que dans quelques mois je me sentirais sûrement beaucoup mieux.

Tout est en marche, il faut juste tenir.

17 septembre 2010 | 0 commentaires | Permaliens


Ma communauté n’est pas à vendre

Publié dans la catégorie Cogitations

En lisant cette note, je me suis dit que j’avais moi aussi mon mot à dire sur le community management et ma propre vision (peut-être très personnelle, mais bon).

Cela fait un peu plus de 2 ans que je fais ce métier et je commence à avoir un peu de recul. Les agences, comme les marques, ne comprennent pas toujours ce qu’est le community management et il faut souvent prendre pas mal de temps pour leur remettre les idées au clair.
Ils associent parfois cela à de la modération de forum, de l’emailing massif à des clients potentiels ou acquis, du copinage sur Facebook, etc.
Pour moi, le community management c’est entretenir des relations, nouer des amitiés, rencontrer en permanence des personnes, s’enrichir, essayer de leur proposer des choses qui les concernent (ou les intéressent), mais surtout ne pas leur vendre un produit. Non, ma communauté n’est pas un groupe de consommateurs qui attend béatement qu’on l’invite à des soirées pour ensuite faire des billets sur leurs blogs. Ma communauté elle vit, elle se déchire, elle me challenge, elle avance avec moi et c’est ça qui est génial.

Parfois on me demande de mettre les gens dans des cases, de les qualifier, de les quantifier.
Comment vous qualifieriez des amis ? vos proches ? Comment vous pourriez les classifier, les évaluer, évaluer leur potentiel d’influence ? On ne peut pas. L’influence (je hais ce mot) ne se calcule pas. On ne compte pas le nombre de personnes à qui l’on va parler d’une expérience inoubliable que l’on a vécu. Et bien un blogueur, c’est une personne comme tout le monde, sauf qu’il donne son avis publiquement sur son blog, qui est une infime partie de sa vie, de son vécu, de ses préoccupations quotidiennes (boulot, famille, amis, etc).

Note aux annonceurs : Arrêtez de nous demander des chiffres à deux balles (que l’on va forcément gonfler), faîtes nous confiance quand on vous recommande quelqu’un pour votre opération, si on le fait c’est que l’on connait suffisamment la personne pour être sûre que ça l’interessera et que même si elle n’en parle pas sur un billet, ça l’aura marqué.
Imaginez, créez des choses, des concepts, des occasions de partager et de vivre quelque chose de fort, ensemble. Impliquer les blogueurs, demandez leur leurs avis et permettez nous d’exercer notre job de community manager avec passion.

Dans ma communauté je connais certain très bien, d’autres un peu moins bien et je prends le temps de voir un peu tout le monde, de les connaître, de les écouter, de les découvrir.
J’adore ce métier car il me permet de rencontrer plein de gens différents, souvent passionnés et passionnants.
Ce sont eux qui me font avancer chaque jour et je leur remercie d’être là.

Je suis peut-être une OVNI, mais non, ma communauté n’est pas à vendre.

16 septembre 2010 | 12 commentaires | Permaliens


Mes lectures de l’été

Publié dans la catégorie Idées, découvertes

L’été dernier j’avais avalé deux bouquin de Katherine Pancol, en très peu de temps. J’aurais adoré emporter le dernier Pancol en vacances, mais je l’ai trouvé vraiment trop volumineux. A défaut de Pancol, j’ai essayé de lire un livre de filles (Le meilleur de la vie, de Cathy Kelly). Après 50 pages d’ennui mortel, j’ai laissé tomber.

De passage à St Malo, dans la maison de famille d’une amie, j’ai trouvé un bouquin de Ken Follett sur le rebord d’une fenêtre : Apocalypse sur commande. Mais en quatre jours, je n’ai pas pu le finir et j’ai du attendre de trouver une Fnac à Paris pour le retrouver et le terminer.
Une intrigue quasi-réaliste, comme sait les imaginer Ken Follett et des personnages attachants. Les romans de Ken Follett me rappellent souvent ceux de Dan Brown, bizarrement...

J’ai fini l’été avec le dernier roman de William Réjault, Tous ces jours sans toi. Le fait de connaitre un peu William m’a donné encore plus envie de lire ce bouquin !
Après Le chemin qui menait vers vous, lu sur mon iPhone ; j’ai eu envie de découvrir ce dernier livre rien qu’en lisant la quatrième de couverture. Je n’ai pas lu ses précédents romans, trop dans l’univers hospitalier, qui me rend mal à l’aise. Du coup, c’était une première et je n’ai pas été déçue !

Un roman un peu décousu, où l’on suit une jeune étudiante et les tribulations de ses amis. Un style simple et percutant qui m’a beaucoup plu. On se perd un peu au milieu des vies croisées des personnages et c’est assez plaisant en fait. J’ai aimé la plume de William et j’ai dévoré son roman !

Et vous cet été, vous avez lu quoi ?

16 septembre 2010 | 2 commentaires | Permaliens


Problématique téléphonique

Publié dans la catégorie Cogitations

Cela fait 4 ans que j’ai un iPhone. A l’époque, j’ai pu m’en faire ramener un des États-Unis car il n’était pas encore sorti en France. J’ai vu en cet outil, le truc ultime pour rester organisé.
Et puis, c’était hyper cool d’avoir un iPhone, on avait tout sur soi, des tas d’applis cool, ça liait l’utile à l’agréable. Je me souviens qu’une fois, un mec dans le métro, m’avait demandé avec de grands yeux brillants de curiosité, s’il pouvait le toucher (c’est assez surprenant sur le coup) !
Je crois que je ne pourrais pas avoir autre chose qu’un iPhone. J’ai bien essayé le HTC Magic sous Android et même si c’est très abouti, je ne sais pas si j’arriverai à changer.

Mon problème aujourd’hui c’est que mon iPhone EDGE commence à faire grise mine. Impossible d’avoir l’OS actuel (4.1) et les trois quart de mes applis ne peuvent plus se mettre à jour ; sans compter toutes les applis que je ne peux même pas installer.
Je dois me rendre à l’évidence, mon iPhone est totalement dépassé. Lui qui est pourtant si solide, si pratique, je risque de devoir m’en séparer bientôt.
Je squatte régulièrement le site de SFR pour voir si le prix de l’iPhone 4 baisse, que dalle. Il augmente même ! 289€ + 11€/mois à ajouter à mon forfait habituel ! Ils sont fous ou quoi ?! J’ai commencé à aller regarder ailleurs, chez Orange par exemple. Mais leur data limitée à 500Mo/mois, ça me fait flipper, je suis sûre que je vais exploser ce quota.

En réfléchissant, j’aimerais bien garder mon iPhone actuel (et mon argent) pour ne pas faire de dépense inutile, vu qu’il fonctionne encore. Mais c’est parfois handicapant d’avoir un téléphone qui tient à peine 8h sans recharge et dont les applis ne fonctionnent presque plus. Et puis le EDGE, c’est l’enfer, on se croirait revenu à l’ère du 56Kb/s ! Du coup, je recommence à regarder les HTC sous Android qui sont tout de même pas mal...

Je vais attendre encore quelques mois pour me décider, entretenir mon petit iPhone vintage et continuer de suivre l’évolution d’Android.

11 septembre 2010 | 4 commentaires | Permaliens


IKEA + chats = ♥

Publié dans la catégorie Idées, découvertes

Quand on va chez Ikea, on prend son temps, on flâne dans les allées, on oublie souvent pourquoi on est venu, mais on aime ça. On découvre de nouveaux produits et on s’émerveille des idées des designers. On passe à la caisse, on a un premier choc. Le second choc, c’est quand il faut charger la voiture avec tout ce qu’on a acheté (et qui n’était évidement pas prévu).

Ils savent y faire ces suédois ! Ajoutez à cela les idées déjantées des anglais et vous obtenez ce superbe spot publicitaire, qui ne donne qu’une envie : aller se pelotonner dans un canapé moelleux, une mug bien chaude à la main et un chat à ces pieds.

10 septembre 2010 | 1 commentaire | Permaliens


Le ménage, c’est sans moi !

Publié dans la catégorie Idées, découvertes

Malgré mon Dyson, je dois dire que le ménage, ce n’est vraiment pas mon truc. Chez nous, c’est plutôt mon mari qui s’occupe de ça, pendant que je suis au parc avec les filles par exemple. Il est méticuleux et fait ça parfaitement bien. Seulement, ça lui prend quand même une bonne heure de passer l’aspi dans tout l’appartement. Nous n’avons pas de femme de ménage mais on en rêverait !

Il faudrait trouver la perle rare, celle qui saurait faire le ménage aussi bien que mon homme, qui nettoierait derrière les portes, qui déplacerait le canapé, la femme de ménage parfaite !
Justement, Shiva, l’un des leaders du ménage et repassage au service des particuliers, s’inscrit dans une démarche de revalorisation du métier en démontrant qu’être employé(e) de maison nécessite rigueur, compétences techniques et professionnalisme. En effet, ils viennent de lancerles victoires de l’impeccable, visant à élire l’employée de maison la meilleure de France. Les candidats ont été sélectionnés par la quarantaine d’agences Shiva présentes en région et la grande finale aura lieu le 18 novembre. Le vainqueur empochera la somme de 10 000 euros

Sur le site crée pour l’événement, vous trouverez d’ailleurs des trucs et astuces très utiles pour entretenir sa maison, comme par exemple détartrer la baignoire avec un citron coupé en deux ou une éponge imbibée de vinaigre d’alcool blanc. Fallait y penser !

Si comme moi, vous rêvez d’une femme de ménage mais ne pouvez vous la payer, allez jouer au jeu-concours pour tenter de gagner un an de ménage et repassage.

Article sponsorisé

10 septembre 2010 | 0 commentaires | Permaliens


Résultat du concours de la rentrée

Publié dans la catégorie Idées, découvertes

Vous avez été 84 à jouer et je ne m’attendais pas à un tel succès ! :) J’ai procédé au tirage au sort avec mon ami random.org et voici les gagnants :

- Le sac à dos Ours Polaire de Beatrix, offert par Monsieur Minouchet,

revient à AnneCe (commentaire n°10)

- Les lots d’étiquette A-qui-S

reviennent à Juliettwan (commentaire n°22) et Bri59 (commentaire n°63)

- Le lot de boutons AKIDONC,

revient à Violette Bleue (commentaire n°13)

- Les 20% de remise sur cadeau personnalisé,

reviennent à Stéphanie (commentaire n°21)

- Les 15% de remise pour toute commande chez Bubbles & Creams,

reviennent à Bealapoizon (commentaire n°28)

- Les 4 souris optiques 800 dpi, aux graphismes attachants The Bumpy Collection.

reviennent à Remedy (n°37), Delfe (n°83), Cranemou (n°81), Magalie Capdevielle (n°48).

Merci à tous d’avoir joué, merci à mes supers partenaires. Vous allez être contactés par email, soit par les partenaires, soit par moi.

A très vite et bonne rentrée !

10 septembre 2010 | 10 commentaires | Permaliens


Page 1 | 2