Bao Blog


à propos...

Liens

Un chaos stimulant

Ces temps ci j’ai l’impression d’être coupée en deux, de vivre deux vies. Entre Paris où j’ai ma famille, mes enfants, mon mari et Luxembourg où je vis en colloc avec 4 garçons. Je tente de trouver un rythme, au grès des TGV, faire du sport, manger à peu près bien et essayer d’être heureuse au milieu de tout ça. Pas tous les jours simple de ne pas se perdre ...

Mon incapacité à choisir m’a un peu mise dans cette situation, comme quand tu es au resto et que tu hésites entre entrée+plat et plat+dessert. Parfois j’aimerais avoir une vie posée, avec un emploi du temps bien ficelé qui ne change pas trop, mais je sais que je m’ennuierai très rapidement. Alors j’ai choisi de vivre dans un chaos permanent pour tromper l’ennui. C’est difficile, fatigant et en même temps hyper stimulant.

Cette petite organisation me force à profiter pleinement de chaque moment au présent : les soirées avec mes collocs au Luxembourg ou les moments en famille à Paris. Avec un peu de chance, je m’habituerai.

2 octobre | 0 commentaires


La fin d’un cycle


La fin de l’année a été un peu particulière en ce mois de juillet car E. a dit définitivement au revoir à l’école primaire. L’année prochaine, c’est le grand saut dans le collège ! Elle a terminé son année heureuse et bien entourée.

Elle me paraît si petite par moment, ma sensible, mon empathique. Fermer cette porte du primaire a été un moment important pour elle, même si elle s’est concentrée sur son texte pour le spectacle de fin d’année.

En tant que maman, c’est aussi un petit choc, la fin de quelque chose, le début d’autres aventures. L’adoléscence approche, les changements hormonaux, physiques sont en train de s’affirmer et ça me fait tout drôle de la voir changer. Mais je suis rassurée de voir qu’elle reste elle même, qu’elle aime toujours autant jouer aux légos avec sa soeur, lire des livres, jouer dans le jardin. Par moment, elle est prise de quelques angoisses quand il s’agit de se déplacer seule dans la ville et a parfois du mal à trouver le sommeil. On essaie de lui donner un max de confiance en elle, qu’elle sache s’écouter pour prendre les bonnes décisions.

La voir grandir est une grande chance, faire ses choix, se battre pour ce qu’elle veut et apprivoiser sa liberté.

L’an prochain, elle sera parmi les plus jeunes dans son collège, avec des élèves internationaux, un environnement dans lequel elle se sent bien. On sera là pour répondre à ses questions, l’aider à s’organiser et grandir sereinement.

6 juillet | 0 commentaires


L’autonomie

On l’attend, on la guette dans les gestes du quotidien depuis qu’elles sont nées, elle progresse sans cesse et parfois ça nous émeut aussi un peu.
E. grandi (comme d’hab) et est de plus en plus autonome. Si elle ne se sent pas encore de prendre le bus ou le train seule, elle est en revanche hyper mâture quand il s’agit de gérer son homework.

Cette année, elle a du travail tous les soirs + des devoirs avec les quelques heures d’anglais qu’elle fait le mercredi. À l’école, elle choisi son travail et s’organise comme elle le souhaite de façon à faire un peu de tout au cours de sa semaine. Visiblement, elle gère bien son temps et ses activités, de ce que nous disent ses profs.
À la maison c’est à peu près pareil, le samedi elle nous expose sa stratégie pour la semaine et s’organise en fonction. On la conseille pour ne pas qu’elle se prévoit trop de travail un soir où elle a une activité par exemple.

Je ne crois pas avoir été aussi sérieuse au même âge et je trouve ça chouette. Ca évite le stress, elle a du temps pour jouer quand elle veut et lire (beaucoup). Sachant qu’elle sera au collège l’an prochain, je pense que cette autonomie pourra vraiment l’aider.

L’autre nouvelle de ce début de vacances est la fin (enfin !) de la saga Harry Potter. E. a fini le tome 7 cette semaine, super fière et impatiente de voir les films ! Elle dévore la pièce de théâtre et on pourra refermer ce chapitre avec une visite aux Harry Potter Studios comme promis, en 2018.

L’autonomie c’est aussi de très cookies cuisinés par les enfants pour aller chez leurs copains, et terminés au petit dej par une maman affamée :)

26 octobre 2017 | 0 commentaires


On est bien peu de choses

Ce week-end, alors que l’on goûtait tranquillement avec des copains à la maison et que l’on attendait le retour de notre grande qui était en weekend scout, on a reçu un appel de l’adulte les ramenant de weekend "On a eu un accident sur l’A13 mais E. va bien". Mon sang n’a fait qu’un tour.

Les pompiers ont appelé après et on a aussi eu E. au téléphone, en larmes. Le choc, la vision que l’on se fait d’un accident de voiture, tout ça l’a pas mal secoué. Un carambolage, le moteur qui sort de la voiture, les airbags qui se déclenchent, les ceintures de sécurité qui se bloquent et une marre d’essence.
Nous, dans le feu de l’action, on a juste foncé à l’hôpital retrouvé notre puce un peu sonnée. Après quelques examens on a pu rentrer à la maison où elle a dormi et repris des forces, doucement.
Aujourd’hui, tout va bien. E. est retournée à l’école, trop contente de retrouver ses amis. Elle s’est reposée, a retrouvé sa mobilité. Je pense que psychologiquement, ça prendra un peu plus de temps.

Quant à moi, le choc m’a atteint vraiment hier soir, alors que j’étais au sport. Rien de grave, juste une espèce de pression qui avait besoin de s’évacuer. Un truc gros, lourd dans la poitrine qui m’a littéralement paralysé alors que j’essayais de faire mes burpees.

On part en vacances la semaine prochaine, tous les 4 et je crois que ça n’est jamais aussi bien tombé !

30 mars 2017 | 0 commentaires


#10ans

Tu les a compté les jours qui te séparaient de ce 21 février ! Depuis Noël tu mettais des croix sur le calendrier.
Voilà 10 ans que tu as fait de moi une maman, j’en suis un peu émue je dois dire... Ça n’a pas été simple pour moi au début, mais on a appris à s’aimer.

Ce matin, tu as insisté pour que je t’emmène jusqu’à l’école alors que tu y vas seule d’habitude et on a marché toutes les 2. Ta petite main dans la mienne, je t’ai raconté encore une fois l’histoire de ta naissance. À la différence des autres années, tu avais pas mal de questions techniques alors je t’ai rassuré.

Tu as tellement muri et appris cette dernière année ! Toujours aussi sociable, conciliante, sportive et drôle, c’est un bonheur de t’avoir parmi nous.

10 ans de chocolat dévoré, d’arbre grimpés, de sentiers dévalés, d’histoires racontés.
"Et c’est comment les 10 années après ? m’as tu demandé l’autre jour,

— C’est encore plus chouette ma grande !"

21 février 2017 | 0 commentaires


Des copains, du chocolat et des rires en pagailles

Il a fallu se réveiller samedi matin, après une soirée "teenage revival" qui aurait pu durer toute la nuit si on je n’avait pas eu le reflex de commander un Uber à 5h du matin. Parce qu’après toutes ces années à se croiser, on ne s’était pas vraiment posées, toutes les deux. Une bulle au milieu de nos vies agitées, un vrai bonheur.

Samedi, E. a reçu ses copains pour son anniv. Une bonne balade en forêt, des cabanes qui deviennent des machines à remonter le temps, des chats, de quoi bien se défouler. Cette année, pas de treasure hunt, ils s’amusent bien tout seuls maintenant.
Un dîner+goûter, des mini-burgers et des croque-monsieur pour rassasier les troupes et attendre que les parents des copains qui ne restaient pas dormir viennent les chercher. Seul son meilleur copain est resté et on les a vu se raconter des histoires de pirates jusque tard le soir. On leur a montré "Les temps modernes" comme on attendait des français et des anglais, un film muet, ça tombait bien. Ca leur a plu et ils ont été surpris par le concept des grèves. Ils auront appris un truc comme ça !

Une heure en moins et un volume sonore un peu plus haut que d’habitude dimanche matin ont eu raison de notre "grass’ mat" (non mais on a abandonné l’idée depuis quelques années déjà). Quand on a vu la maman de notre petit américain venir le chercher, on a compris qu’on allait tous payer le prix de cette fameuse heure de sommeil en moins...
E. est partie dormir chez sa copine le soir et on a pu passer une soirée tous les trois. C’était reposant et agréable de pouvoir être un peu avec notre loupiotte.

Dimanche matin à la piscine avec les copains, du toboggan, des poursuites dans l’eau. Nos quatre loupiots s’en sont donnés à coeur joie. On sent que les grandes ont une relation spéciales, d’un regard elles se comprennent et s’accordent. Très différentes mais toujours d’accord. On a fini la journée avec un garçon de plus à la maison, et Loupiotte qui a du apprendre à prêter ses Legos et jouer à deux, pendant que sa soeur faisait ses devoirs (la corvée).

Des muffins aux brocolis ont clos ce chouette weekend de Pâques. J’ai aimé avoir du temps avec les enfants et les copains, les voir s’épanouir ensemble et ne pas juste être dans un rôle de parents à répéter les mêmes trucs over and over. Prête pour une petite semaine de 3 jours !

28 mars 2016 | 0 commentaires


Se sentir bien quelque part

Bay Bridge Aux pieds de ce pont, je regarde les gens courir. Je me sens bien ici, au soleil, les cheveux dans le vent. San Francisco c’est un peu un mix entre Londres et Barcelone je trouve, dans l’énergie de la ville comme dans le climat. J’ai toujours su profiter de ces petits moments cool de la vie. Mais dans ma vie de tous les jours je n’y arrive plus ces derniers temps...

Je me sens bien dans cette ville au taux de criminalité 2,5 fois plus élevé que Paris et c’est quelque chose qui m’arrive rarement (il n’y a qu’à voir la fréquence de nos déménagements). L’idée de rentrer à Paris cet après midi ne m’enchante pas mais j’ai envie d’être avec les miens, 10 jours loins d’eux c’est long. A priori, je n’ai jamais eu peur en avion donc ça ira (avec quelques verres de vin et l’altitude).

Ce que je retiendrai de ces 10 jours :
Une Blizzcon démentielle, 25K joueurs passionnés et heureux, de nouveaux collègues rencontrés que j’ai pu apprendre à connaître un peu mieux, de sacrées soirées avec des américains ouverts d’esprit, une soirée à découvrir StarCraft au fond d’une salle de jeux en réseau à Irvine, des Mai Tai à Emeryville avec des bons copains, de chouettes missions et balades autour des ponts de San Francisco avec des joueurs de Ingress locaux, de bons moments avec d’anciens collègues, des sashimi et un bon whisky pour clore tout ça.

San Francisco, ce n’est qu’un au revoir !

15 novembre 2015 | 0 commentaires


Une expérience unique

Je ferme une porte professionnelle que beaucoup m’envient. Oui, 3 ans dans l’une des plus belles boîtes du web c’est une expérience assez unique. Je ne regrette rien.

Je ne peux évidement pas rentrer dans les détails de tout ce que j’y ai vécu, il y a beaucoup trop de choses confidentielles...

Mais en résumé, j’ai côtoyé des gens très smart, réalisé que tout le monde n’est pas forcément smart non plus, réalisé que la vie à l’extérieur doit rester la priorité, travaillé sur les projets les plus passionnants croisés au cours de ma carrière, pris beaucoup de recul, appris à m’adapter à toutes les situations, networké comme jamais, vécu des soirées complètement folles, rencontré des gens que je n’aurais pas rencontré autrement, confondu perso et pro par moment, fait découvrir tout ça à mes filles, mangé des tas de glaces et autres Kinder Bueno, squatté la bibliothèque pendant des nuits entières, pu faire du vélo tous les jours et aller au sport régulièrement, découvert qu’un environnement de taf peut être extrêmement stimulant, suivi des formations et pris du plaisir à apprendre, découvert des équipes uniques, travaillé dans des business unit indépendantes qui gagnent à être connues, intégré le monde du gaming de plein pieds, appris à vendre et à me vendre, compris beaucoup de choses, mûri personnellement.

Cette expérience était aussi extraordinaire qu’elle était difficile. J’avais besoin de vivre ça pour avancer et je suis partie le coeur léger, un peu plus sûre de moi.

Le son qui m’a accompagné ces dernières semaines :

12 octobre 2015 | 3 commentaires


Quitter Londres

Ce week-end, nous avons officiellement quitté Londres. Partis samedi matin avec 3 copains motivés et 2 camions de 11m3, on est arrivé à Londres sur le coup de 17h et commencé à charger. On ne s’est arrêté que lorsque la porte du dernier camion s’est fermée et on a commandé des pizzas pour rassasier tout le monde.

Avant le coucher du soleil, j’ai pu aller faire une dernière fois ce chemin que je connais si bien, vers Clapham High Street et retracer ces 4 dernières années...
Clapham High Street où j’ai habité pendant 3 mois seule avant que toute la famille ne me rejoigne, le playground derrière la maison où les filles ont tant joué, le chemin de l’école avec la lumière du soleil du soir qui donne de jolies couleurs aux maisons en brique, l’odeur de l’herbe le matin quand on longe le Common, l’Eglise au milieu du parc par lequel je faisais toujours un détour pour pouvoir hacker le portail devant.
Avant de partir au matin, après une petite nuit, j’ai été faire courir Cody au Common une dernière fois. Un épais brouillard enveloppait le parc et on a marché ensemble dans la rosée du matin. Refait ce petit chemin qui a été le notre, passé devant le bandstand et dans la "forêt", coursé des écureuils (surtout Cody) et revenu vers la maison.

Ces 24h ont eu un air de pèlerinage en quelques sortes, pour ne pas oublier tout ce qui s’est passé ici. Les début en vélo de E., les premiers pas de Loupiotte, les hauts et les bas côté pro, les au-pair qui se sont succédés, les anniv au Common avec tous les copains des enfants, les week-ends de balade sur les côtes du UK, les matins à vélo sous la pluie jusqu’à Tottenham et tous ces moments magiques qui ont fait de ces 4 ans une période importante pour nous tous.

Quand j’ai vu mon salon vide, j’ai eu un coup de cafard et les larmes ont coulé. Je sais pourquoi nous partons et ce que nous y gagnons, mais quand même... Londres va me manquer (et me manque déjà) bien plus que je ne l’aurais imaginé. Ce n’est qu’un au revoir j’espère...

21 septembre 2015 | 7 commentaires


Toutes les trois

Cela fait une semaine qu’on est entre filles. Mon homme étant à Londres en train de terminer les cartons, on crée un nouvel équilibre à trois. Je leur ai demandé de me donner un coup de main et de faire les choses quand je le demande : douche, repas, etc. Il y a des jours où ça marche et d’autres où c’est plus dur. Ma grande est très autonome et donne un coup de main à sa petite soeur, quand cette dernière est bien lunée.

Quand les choses roulent, on a même le temps de jouer le soir, de chercher Wally, de faire une partie de Dobble et de lire Bilbo. On passe de bons moments et c’est agréable d’être un peu plus ensemble que d’habitude.

Certains jours, c’est plus dur, on se fâche, on ne s’écoute pas, on ne se comprend pas... dans ce cas là, je mets de la musique et on se calme chacune dans notre coin.

On s’adapte, on apprend à s’écouter un peu plus, on rigole et quand j’essaie de ne pas prendre les choses trop au sérieux, ça fonctionne bien.

7 septembre 2015 | 1 commentaire


La rentrée...

Hier, ma grande a fait son premier jour dans sa nouvelle école. Avec le petit déjeuner improvisé dans la classe, elle a eu le temps de réaliser qu’elle ne connaissait personne et même si des petites filles passaient la saluer, elle ne voulait pas se décoller de moi.

On se serrait toutes les trois, dans un coin de cette pièce, observant les autres qui étaient heureux de se retrouver après l’été. Et nous, on se sentait pas trop à notre place. Il y a eu quelques mamans adorables, qui ont du être témoin de nos regards un peu fatigués et qui sont venues faire connaissance. Les filles n’étaient pas très loquaces...

Et puis la cloche a sonné et il a fallu laisser ma grande et repartir avec Loupiotte. La grosse boule dans la gorge qui l’empêchait de parler s’est transformée en larmes et une éducatrice a du intervenir car aucune de ses petites camarades n’arrivaient à la raisonner.

On est parti dès qu’on a pu et dans la rue, c’est moi qui ait explosé. Elle ne se sentait pas à sa place, perdue au milieu de tous ces nouveaux visages et je me sens exactement dans le même état depuis que j’ai débarqué dans ce pays.

Alors oui, il y a les copains, la famille et tout, mais on a du mal à reprendre goût à la France. Tout ce déménagement, le stress que ça génère, les valises que l’on trimballe depuis quelques semaines, les portes à fermer proprement et les nouvelle qui s’ouvriront, c’est pas si évident à vivre, ni pour elles, ni pour moi.

Avec la reprise du rythme de l’école, je pense qu’elles vont prendre leurs marques et que ça ira mieux.
Quand j’ai récupéré E. à 15h, elle était ravie de sa journée, de sa maîtresse, de ses copains bilingues et les larmes du matin étaient sèches de puis longtemps. Un vrai soulagement d’écouter ses récits et de la voir rigoler avec ses nouveaux copains au parc.

Petite photo prise au parc près de l’école où elles adorent déjà faire du trampoline

5 septembre 2015 | 2 commentaires


De retour ...

Après 3 semaines de vacances sans nous, entre la Bretagne et Paris, nous avons retrouvé nos filles pour une semaine de vacances dans le sud. Ma cousine nous a prêté sa maison pour quelques jours, au milieu des vignes.

Ce fut de vrais vacances, entre la piscine, les promenades, goûter le raisin qui sera vendangé tardivement, découvrir Aigues-Mortes et le Pont du Gard, faire du canoë sur le Vidourle, manger du melon et du jambon à tous les repas, rencontrer de nouveaux cousins pour les filles et passer du temps tous ensemble.

De bonnes vacances pour déconnecter et être prêt à attaquer la rentrée qui sera dans une semaine pour les filles.
Revenir en France n’est pas si simple mais on va s’habituer et reprendre nos marques. On continue de parler anglais entre nous à la maison et ça fait du bien.

1er septembre 2015 | 0 commentaires


Rien ne changera entre nous

Ce dernier mois a été marqué par d’importantes retrouvailles avec mes amis de toujours. Ces amis avec qui j’ai grandi, qui m’ont accepté pour ce que j’étais à un moment où même moi je ne m’acceptais plus.

Il y a eu les 10 ans de mariage d’un de mes meilleurs amis, de ceux avec qui l’on peut rire de situations cocasses, 15 ans après. On s’est tous retrouvés autour de lui, sa femme et ses 4 enfants pour un week-end de fête à Nantes.
Plein d’enfants, de l’acrobranche, des rocks endiablés dansés sur une bonne vieille playlist (la souplesse en moins) mais les yeux qui pétillent toujours autant. Retrouver les amis que l’on n’a pas revu depuis les derniers mariages, jouer au tennis et reprendre les choses là où on les avait laissé.

Même après toutes ces années, on s’est retrouvé, comme si le temps n’avait rien fait. On a repris les choses où elles en étaient, avec les conjoints et les enfants en plus, mais on n’a pas changé. On rigole des même choses, on se regarde au même moment quand "L’aventurier" démarre et se couche à 4h du matin le sourire aux lèvres.

Cette semaine, c’est l’une de mes meilleures amies qui habite à Melbourne qui est passée une après-midi à Londres. Il ne nous a pas fallu plus de 3 sec pour nous retrouver. Elle est un pilier dans ma vie et a une place très particulière. Je crois que les choses que l’on se dit, on ne les dit à personne d’autres et notre amitié est le reflet de toutes ces années de confidences. Une après-midi de promenades dans Covent Garden, de thé, de rires et de grandes discussions. On ne se verra sans doute pas avant 1 an mais ça ne changera rien entre nous.

J’ai une chance folle de les avoir et je profite de ces moments précieux autant que possible. J’espère que mes filles auront la chance de bâtir de telles amitié. En attendant, elles en profitent pour se faire plein de copains à travers le Monde.

7 juillet 2015 | 0 commentaires


Il y a 10 ans...

panthere Il y a 10 ans je commençais à travailler. Je rentrais de plein pieds dans les relations presse, n’ayant aucune expérience dans ce domaine, à part le fait d’avoir côtoyé des attachées de presse lors de mon stage de fin d’études à Londres. J’entrais aussi dans l’univers du Tech, un univers dans lequel j’ai évolué depuis mais qui ne me semblait pas si évident à ce moment là.

Il y a 10 ans, on m’a fait confiance, on m’a donné une place dans une équipe et on m’a dit "vas-y, on croit en toi". Dans une super petite agence, j’ai pu apprendre, échouer, me faire remonter les bretelles, me coucher à 3h du mat pour faire des coverages de presse et vivre de superbes évènements.

Ces collègues, managers, clients m’ont fait grandir pendant les 3 premières années de ma vie pro et j’ai ensuite pu voler de mes propres ailes dans des sphères qui me faisaient rêver. J’en garde un souvenir ému.

J’aimerais un jour pouvoir rendre la pareil à un/une jeune débutant, lui donner sa chance comme on m’a donné la mienne. Ils étaient rares les adultes qui me faisaient confiance à cette époque.

Alors voilà, même si c’était il y a 10 ans, je pense souvent à eux et je me dis que j’ai eu une chance folle de les côtoyer. Merci Cédric, Anne-Lise, Christophe, Céline, Damien, Jasmine et tous les autres.

15 mai 2015 | 1 commentaire


Notre premier conseil de famille

On avance doucement sur le chemin de l’éducation et on apprend un peu plus chaque jour à vivre ensemble. Les enfants grandissent alors on s’adapte. J’avais cette idée de conseil de famille en tête depuis quelques temps. Peut-être à cause de mon expérience scoute ou alors parce que ce format Standup est pas mal utilisé dans ma boîte (surtout chez les devs), bref je voulais tenter le coup.

Copyright credits to "Sharon & Nikki McCutcheon"

On a donc fait notre premier Conseil de Famille dimanche et j’ai trouvé ça pertinent. On s’est tous réunis dans la cuisine, j’ai expliqué le concept et on a commencé par un premier tour.
Le premier tour, chacun devait partager un moment de sa semaine où il s’était senti heureux ou fière. Les enfants ont bien joué le jeu et avaient instantanément des trucs à partager. Finalement, on a eu plus de mal qu’eux, ce qui prouve que c’est un bon exercice pour tout le monde. Se montrer reconnaissant et partager quelque chose de personnel avec tout le monde. Chacun s’est écouté. Pas de commentaire ni de jugement.

Le second tour, chacun devait se fixer un challenge pour la semaine à venir. Quelque chose de personnel ou quelque chose en rapport à avec la vie de la famille. Par exemple, je me suis fixée comme challenge d’attaquer le programme BBG. Les filles ont choisi des challenges orientés sur la vie quotidienne à la maison. Lou a choisi de s’habiller plus vite le matin pour pouvoir partir en vélo. L’objectif de ce tour était de se fixer un challenge personnel et de savoir que l’on se soutient les uns les autres au cours de la semaine pour accomplir ce challenge.

Pour Emma, on a aussi fait un contrat à part, rapport au skateboard qu’elle aimerait beaucoup avoir. Du coup, elle apprend à lancer des machines, à se servir du lave-linge et à trier les différents vêtements. Ca lui plaît et ça nous rend service car le soir, on est sûre d’avoir du linge à plier. A la fin du mois, si le contrat est rempli, on participera à l’achat du fameux skateboard. Elle devra aussi contribuer, à hauteur de son budget.

Ca peut paraître un peu formel comme ça, on n’est pas en entreprise, mais je pense qu’au même titre qu’une équipe dans ma boîte, on est différents et on doit fonctionner ensemble, donc se soutenir et se comprendre. Et si l’on sait un peu mieux où chacun en est, alors on avance mieux, la communication est claire.

On va voir comment ça se passe au fil des semaines, mais les premiers feedbacks sont positifs, alors tant mieux.

13 mai 2015 | 0 commentaires


Page 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 |> |...